Articles avec #mobilisation tag

Publié le 7 Juillet 2017

Passage de la caravane des saisonniers CGT dans les Ardennes

Ce mercredi 5 juillet la caravane des saisonniers comme l'année dernière a fait une halte dans le chef lieu du département des Ardennes.

La caravane était ménée par 3 camarades qui revenait de leur destination précédente qui était la ville de Lille.

Dès 9h30 la caravane part de la bourse du travail de Charleville-Mézières pour aller s'installer sur la place Ducale afin d'aller à la rencontre des saisonniers qui peuvent être employés sur la place et les quartiers alentours.

Une dizaine de camarades sont présents pour réaliser cette tâche notamment l'UL de Charleville-Mézières , L'UD des Ardennes , le Collectif Jeunes CGT 08 et quelques camarades qui passent donner un coup de main ou faire un petit coucou.

Deux médias ont répondu à nos sollicitations, la Semaine des Ardennes et la radio RVM " vous pouvez retrouvez l'interview du secrétaire général de l'UD des Ardennes Pascal Lattuada sur le lien suivant" : LA CARAVANE DES SAISONNIERS DE LA CGT A FAIT ÉTAPE À CHARLEVILLE

En début d'après midi la caravane se dirige vers le lac des Vieilles Forges pour aller à la rencontre d'autres saisonniers notamment dans le camping du site où un nombre non négligeable de saisonniers se trouvaient et avec lesquels nous avons pu discuter succinctement  et distribuer de la documentation concernant leurs droits et a permis de faire un travail de terrain en faveur de la CGT,qui est toujours présente auprès des salariés quelque soit leur statut.

Le second objectif était de toucher le plus grand nombre de citoyens pour la manifestation du 12 septembre afin d'expliquer les enjeux et la nécessité de se mobiliser pour ne pas bafouer des droits chèrement acquis par nos anciens camarades qui a l'occasion sont nos grands parents et arrières grands parents.

 

Cédric Mimille

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #collectif jeunes, #mobilisation, #information

Repost 0

Publié le 6 Juillet 2017

Déclaration confédérale relative à la réforme du droit du travail

Déclaration de la Commission exécutive confédérale

 

Réforme du droit du travail : le double jeu du gouvernement

 

Le Gouvernement a engagé des rencontres avec les organisations syndicales et patronales sur la réforme du droit du travail. Chaque organisation est reçue individuellement, en tout et pour tout six fois une heure, pour 120 ans d’histoire sociale ! La CGT a décidé de participer à ces réunions avec un double objectif

: - avoir une législation du travail renforçant les droits de l’ensemble du monde du travail (salariés et non-salariés) ;

- dénoncer l’idée selon laquelle les droits collectifs seraient responsables du chômage.

Sur la base d’un document de 15 pages, la CGT a mis sur la table des propositions allant dans ce sens. Personne ne peut donc évoquer la désertion et le refus de discuter de la CGT dans ce processus.

 

Où en est-on à ce jour ?

 

D’un côté, les syndicats sont reçus sans que le ministère ne dévoile précisément ses intentions. De l’autre, il faut lire la presse pour découvrir les principales mesures du futur projet de loi.

On y apprend, par exemple, qu’un CDI de « projet », dans la droite ligne du CPE (Contrat Première Embauche) rejeté par la rue en 2006, serait créé pour allonger dans le temps la précarité et pour supprimer toutes contraintes financières pour les employeurs. Ce n’est ni plus ni moins qu’une vieille revendication du Medef.

On y apprend également qu’il serait laissé la possibilité de licencier des salariés qui refuseraient d’adapter leur contrat de travail à un accord d’entreprise, même minoritaire. Dès lors, un salarié refusant une baisse de son salaire prévu dans un accord serait licencié sans possibilité de recours.

 

Et la liste est longue…

Alors que 70% de l’opinion publique et une majorité de syndicats ont rejeté la loi dite El Khomri, ce gouvernement veut écrire une loi pire que la précédente !

La CGT refuse de servir d’alibi ou de faire-valoir dans le cadre d’un dialogue social pipé d’avance.

Nous refusons d’ores et déjà d’entendre dire fin septembre que les ordonnances, présentées par le Gouvernement, auraient été co-élaborées avec les syndicats. C’est pourquoi notre organisation a lancé une campagne d’information, de débat mais aussi de mobilisation dans les services, les entreprises et les territoires, dans le public comme dans le privé. Ces initiatives se prolongeront tout l’été car il n’est pas question d’accepter ce marché de dupes.

La CGT considère que la mobilisation doit s’amplifier, s’ancrer sur tous les lieux de travail, dans un cadre unitaire le plus large possible. La rentrée de septembre doit être la traduction des résistances, du mécontentement et d’une volonté de changement en matière économique et sociale.

C’est pourquoi elle propose de faire du 12 septembre, une journée d’action et de grève dans toutes les entreprises et services.

Montreuil, le 27 juin 2017

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #actualite, #loi travail, #mobilisation

Repost 0

Publié le 28 Novembre 2016

Avis de « tempête d’austérité » chez Météo France

Les plans de restructuration s’enchaînent à Météo France. En huit ans, l’agence publique a perdu 700 postes (...)

Les plans de restructuration s’enchaînent à Météo France. En huit ans, l’agence publique a perdu 700 postes, passant de 3 700 agents en 2008 à 3 000 aujourd’hui.

La direction prévoit de poursuivre la casse en supprimant, chaque année et sur cinq ans, 2,5 % des effectifs.

Alors qu’un conseil d’administration doit, ce vendredi, entériner une nouvelle phase de restructurations, l’intersyndicale CGT-Solidaires-FO a appelé, hier, les salariés à la grève contre les « baisses d’effectifs, les fermetures d’implantations et les budgets contraints ».

Depuis le début des années 2000, près de la moitié des 108 centres météorologiques locaux ont fermé leurs portes.

Or, pour les syndicats, seul le service public de prévision est à même d’anticiper les catastrophes climatiques, évitant ainsi un bilan économique et humain trop lourd.

Ils précisent que « selon l’Organisation météorologique mondiale, chaque euro consacré à la préparation aux aléas météorologiques, climatiques et hydrologiques permet d’en économiser sept, qu’il faudrait autrement dépenser pour remédier aux pertes économiques consécutives ».

Et de rappeler que le coût économique de « la tempête de 1999, de Xynthia en 2010, ou des grandes inondations du sud de la France est estimé entre 10 et 100 milliards d’euros ».

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #mobilisation, #actualite

Repost 0