Publié le 21 Août 2016

Souvenir: Manif du 28 avril contre la loi travail Charleville

En rappel aux multiples manifestations que la CGT des Ardennes a méné voici un petit résumé de deux vidéos qui ont été publiées par le compte de l'Ardennais-L'Union le journal régional.

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #luttes locales, #loi travail, #ud

Publié le 21 Août 2016

Crédit Photo: Dimanche 24 juillet, Würzburg résiste au racisme. DR

Crédit Photo: Dimanche 24 juillet, Würzburg résiste au racisme. DR

Ceci est un article de libre expression qui ne concerne et n'engage la CGT ni directement ni indirectement.

Ce dimanche 24 juillet, l’opinion publique allemande a appris de nouvelles actions violentes, dans lesquelles des réfugiés récemment arrivés dans le pays étaient impliqués...

Alors qu’à Reutlingen, au sud-ouest du pays, un Syrien a attaqué une femme avec une machette (il n’y aurait aucun contexte idéologique, mais il s’agirait d’un « crime passionnel » selon le jargon de la police), une explosion a fait un mort – son auteur – et douze blessés. L’attentat, commis à Ansbach, en Bavière par un autre ressortissant syrien, était dirigé contre un festival de musique. Un lien avec le courant djihadiste et le prétendu « État islamique » ne serait « pas exclu ».

Il est trop tôt pour en mesurer les conséquences politiques à court et moyen terme. Jusqu’ici, le débat alimenté par des crimes précédents était tendu, mais n’avait pour le moment rien à voir avec l’hystérie politique actuellement mise en scène en France. À l’heure où Nicolas Sarkozy évoque une« guerre totale », François Fillon une « guerre mondiale » et où le député LR Georges Fenech propose« un Guantanamo à la française », le débat allemand semble jusque-ici presque marqué par la modération. Certes, au royaume des aveugles, le borgne fait figure de roi...

Trois jours après l’attentat meurtrier de Nice, l’Allemagne avait elle aussi connu une attaque horrible. Certes, il n’y a pas eu de dizaines de morts comme sur la Côte d’Azur, mais l’acte violent d’un adolescent de 17 ans de nationalité afghane, arrivé en Allemagne comme réfugié mineur isolé, a tout de même produit des images sanglantes. Brandissant une hache à bord d’un train régional à proximité de Würzburg (Bavière), il a blessé cinq personnes, dont quatre appartenant à une même famille chinoise en voyage.

Les réactionnaires à l’offensive

Les tenants d’un discours amalgamant délibérément « immigration » et « terrorisme » ne manquent pas en Allemagne. Ainsi l’hebdomadaire d’extrême droite Junge Freiheit (« Jeune Liberté », plutôt national-conservateur et intellectuel) a actuellement titré en Une sur « Cette terreur importée ». Un titre suggérant évidemment un lien entre les événements de Nice, de Würzburg et l’immigration.

Sur son blog, l’avocat et journaliste Nicolaus Fest durcit encore plus le ton. Fest a été pendant quelques mois, en 2013 et 2014, rédacteur en chef adjoint du journal tabloïd dominical Bild am Sonntag. Bien qu’il s’agisse d’un journal ancré à droite souvent qualifié de « populiste », Fest a quitté son poste en septembre 2014, après avoir publié deux mois plus tôt un article hostile aux musulmans « non intégrables à cause de leur culture ». Au sein de la puissance économique hégémonique en Europe, la maison de presse aux forts tirages veille aux équilibres politiques...

Et depuis, le discours public de Nicolaus Fest s’est encore radicalisé. Dans un récent article publié sur son blog, il prend prétexte de la tuerie de Nice ou de l’agression de Würzburg pour inciter à la haine contre les populations musulmanes. Il écrit ainsi : « L’islam n’est pas raisonnablement séparable de l’islamisme. (…) La terreur vient bien directement de l’islam. »

Mais de telles voix sont heureusement minoritaires à l’heure actuelle. La chancelière Angela Merkel a bien pris soin de déclarer, tout en condamnant évidemment l’attaque de Würzburg, à travers son porte-parole Steffen Seibert : « L’acte horrible d’un individu ne peut pas jeter le discrédit sur un grand groupe humain » (parlant des musulmanEs). Lundi 25 juillet, le ministre de l’Intérieur lui-même, Thomas de Maizière, un homme de droite, a déclaré : « Nous ne devons pas porter de soupçon généralisé contre les réfugiés, même s’il y a des procédures qui sont engagées dans des cas isolés. »

Il faut donc espérer que le climat général ne bascule pas à cause des nouveaux événements du week-end dernier.

Bertold du Ryon

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #actualite, #internationale, #allemagne

Publié le 21 Août 2016

El Khomri veut la peau du délégué CGT

Le ministre du Travail a validé le licenciement du salarié protégé d'Air France accusé d'avoir arraché la chemise de son DRH, Xavier Broseta, en octobre dernier, alors que l'inspection du travail avait ordonné la réintégration du DP à la compagnie aérienne...

Y voyant une "attitude revancharde", la CGT annonce "étudier tous les recours possibles" pour faire annuler une décision" proprement scandaleuse".

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #air-france

Publié le 21 Août 2016

Au delà de l'étiquette politique voilà un discours malheureusement trop peu exprimé dans les médias populaires.

 

Et le plus navrant c'est que depuis le 5 décembre 2012 rien à changer bien au contraire le verrou de Bercy est toujours là pour le rappeler car après les Panamas Papers que s'est t'il passé?

 

Il est évident et plus facile de créer sur fond d'attentats des tentions entre citoyens Français qui sont entretenues par le 1er ministre Valls et les candidats à la primaire des "Républicains".

 

Ou bien encore des programmes télé nauséabonds du genre " Rue des Allocs" de M6 qui profitent de l'ambiance de stigmatisation de nos concitoyens les plus en difficultés pour enfoncer une porte ouverte de clichés et de préjugés qu'une partie de la population prenne comme argent comptant et trouve là un écho à leur propres difficultés.

 

C'est plus facile et réducteur de penser de la sorte plutôt que de ne pas voir les différents stratagèmes législatives qui permettent l'optimisation fiscale de grandes boites multinationales afin d'alléger fiscalement leurs filiales nationales et de fait amputer une rentrée d'argent pour nous citoyens Français.

 

C'est cette logique également que l'on peut voir dans la loi travail qui dit favorise le dumping social et d'une certaine manière l'encourager et le favoriser:

 

Un accord d’entreprise permettant de baisser les salaires et/ou d’augmenter le temps de travail en dérogeant à la branche mettra à coup sûr en difficulté les autres entreprises d’un même secteur d’activité et provoquera une course vers le moins disant social.

 

Il affaiblit la représentativité contenue dans la loi de rénovation de la démocratie sociale de 2008, issue de la position commune -CGT/CFDT/Medef/CGPME du 9 avril 2008 ; représentativité indissociable pour garantir la légitimité de la négociation collective même si beaucoup reste à faire pour assurer la loyauté du dialogue social au niveau de l’entreprise, de la branche et au niveau interprofessionnel.

 

Les discussions et les argumentations ne manquent pas autour de cette foutue loi travail. C'est ma façon à moi de me remettre dans le bain de notre âpre combat quotidien pour nos conquis sociaux et nos conditions de travail.

 

Continuons le combat le 15 septembre tous ensemble on lâche rien.

 

Cédric Mimille

 

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #luttes locales, #edito, #loi travail

Publié le 15 Août 2016

Assemblée générale de rentrée de l'UD
Assemblée générale de rentrée de l'UD

Afin d'attaquer cette année scolaire du bon pied et dans la continuité de la lutte contre la loi travail.

L'UD organise son assemblée générale de rentrée :

Le Jeudi 1er septembre à 17 heures à la bourse du travail

21 rue Jean-Baptiste Clément

08000 Charleville-Mézières.

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #ud, #vie syndicale, #syndicat

Publié le 4 Août 2016

Cartes postales et affiches

Les cartes postales ( 500 ex ) à envoyer au président contre la loi travail sont enfin disponible à l'UD ainsi que les affiches ( 100 ex ) pour la mobilisation du 15 Septembre.

 

Elles sont à votre disposition à l'UD du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 14h à 17h et ce jusqu'au vendredi 12 août.

 

Le Secrétariat

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #ud, #loi travail

Publié le 4 Août 2016

Pétition pour la réorientation de la Convention Collective Nationale du 31.10.1951

Voici le tract concernant les revendications de la CGT et de F.O pour le réorientation de la CCNT 51 ( c'est le secteur social et médico-social) concernant notamment le déblocage des salaires et la classification égale des métiers à diplôme égal.

En pièce jointe vous trouverez la pétition à imprimer et à remonter à l'UFAS CGT par deux moyens :

  • Par courriel : ufas@sante.cgt.fr
  • Par courrier: UFAS CGT Case 538 263 rue de Paris 93515 Montreuil CEDEX
Pétition pour la réorientation de la Convention Collective Nationale du 31.10.1951

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #luttes sociales, #travailleurs sociaux, #syndicat

Publié le 4 Août 2016

Crédit Photo: Les salariés de Sanofi toujours en lutte ! DR

Crédit Photo: Les salariés de Sanofi toujours en lutte ! DR

Entretien. Le 30 mai dernier, le Conseil d’État rendait un arrêt confirmant définitivement l’annulation du plan de sauvegarde (plutôt de suppression !) de l’emploi que Sanofi, leader pharmaceutique mondial, aux profits faramineux, avait déjà appliqué depuis longtemps. Nous avons interrogé à ce sujet les membres duCollectif des salariéEs en lutte Antisanofric.

Ça veut dire quoi, concrètement, cet arrêt du Conseil d’État ?

Le combat mené depuis 2012 a fini par payer. Si on ne se bat pas, on n’obtient rien. Concrètement : annulation totale du plan de 2012 (signé par la CFDT et la CFTC, et validé par la Direccte) et de tous les licenciements. Tous les salariés licenciés ou en passe de l’être peuvent demander leur réintégration. Toutes celles et ceux qui estiment avoir subi un préjudice peuvent demander réparation devant les prud’hommes. Tous les accords ou autres plans qui s’appuient sur celui qui vient d’être annulé peuvent être aussi annulés.

Malgré ça, la direction vient de soumettre aux instances une nouvelle réorganisation qui supprime 300 postes restés délibérément vacants. Ces postes auraient pu servir par exemple à accueillir les salariés qui voudraient réintégrer l’entreprise. Ce sont les syndicats signataires qui, une fois de plus, se sont fait rouler dans la farine. Ils signent des accords, autorisent de fait la direction à supprimer des milliers d’emplois… Et au final, les effectifs promis par la direction ne sont même pas tenus, et les cibles sont sans cesse revues à la baisse à la moindre occasion. Et pendant ce temps, Sanofi continue d’engraisser ses actionnaires, continue de percevoir du CICE (crédit impôts compétitivité emploi) et du CIR (crédit impôts recherche).

Est-ce que l’ambiance a changé dans la boîte ?

Au niveau du site, sur Montpellier, dimensionné pour 1 800 salariés où il n’en reste que 800, rien n’a changé. Certains sont débordés par leur travail, d’autres désœuvrés. La majorité des salariés ne se rendent pas compte de l’impact que pourrait avoir cette victoire, beaucoup ne s’y intéressent même pas. On peut parler de résignation.

Ceux qui ne sont pas dupes râlent dans leur coin, soutiennent les syndicats contestataires (SUD et CGT) mais sans réelle implication. Aux dernières élections professionnelles, toutes les OS ont vu leur score électoral baisser, sauf SUD qui rafle au passage le CE. Nous avons fait une belle AG sur la loi travail avec Richard Abauzit et sur la situation juridique du PSE. Bons retours de salariés qui ont visiblement découvert de nombreux aspects de la loi El Khomri qu’ils ne connaissaient pas... mais hélas peu de conséquences. À la manif anti-loi travail qui a suivi, nous n’étions pas beaucoup plus de participants que d’habitude.

Comment poursuivre la lutte ?

Franck : Comme on peut... Rien n’est fini. Depuis un certains temps, nous sommes sur une lutte sur le fond, sur une autre manière de gérer cette société, les médicaments, la recherche... Nous ne sommes pas nombreux à nous activer, mais beaucoup nous aident tout de même. Il faudrait vraiment que chaque salarié comprenne que c’est notre société, elle nous appartient. C’est nous qui construisons sa richesse. À nous de lui donner de vraies valeurs, pas celles du profit. La lutte se poursuit en collectif, avec des syndiqués ou pas. En tout cas, l’outil syndical est très important, on peut faire sans mais c’est tout de même mieux avec.

Olivier : C’est la grande question. En ce qui me concerne, en luttant sans relâche contre la loi travail. D’abord dans la rue avec toutes les composantes du mouvement social, et ensuite dans l’entreprise pour continuer d’informer les salariés sur les conséquences de cette loi. Depuis mars, nous avons lancé des appels à la grève à chaque fois qu’une manifestation ou qu’une action était planifiée par l’intersyndicale ou par l’AG populaire Nuit debout. Ensuite par un travail plus syndical dans le cadre du CE. Personnellement, je pense que cela ne suffit pas. Nous avons besoin que les salariés expriment leur ras-le-bol de façon plus radicale. Il est grand temps d’entamer une grève générale contre le capital. On espère donc que la rentrée sociale sera chaude.

Propos recueillis par un correspondant local

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #sanofi

Publié le 30 Juillet 2016

Solidarité avec FRANCOIS et les travailleurs sociaux du Centre éducatif de formation professionnelle " Le Vieux Collège" (87)

Le 13 Avril 2016, les salariés du Vieux Collège ont fait une manifestation devant le Conseil Départemental, en se présentant comme citoyens travailleurs sociaux, pour exiger qu’une solution d’hébergement soit offerte à un jeune pris en charge dans l’établissement.

"Contrats jeunes majeurs : Mobilisation et indignation citoyenne" 

En effet, le jeune risquait de dormir dans la rue le soir de ses 18 ans, car les solutions d’hébergement de droit commun étaient complètes.

La mobilisation a permis, dans l’heure qui a suivi, après un échange avec les représentants du Conseil Départemental de la Haute-Vienne de trouver une solution d’hébergement.

Quelques jours après cette action, la direction du Vieux Collège a reçu des courriers émanant du Conseil Départemental faisant état de son mécontentement.

"La liberté d’expression sanctionnée"

Le 26 Avril 2016, le directeur a convoqué l’intégralité des salariés de l’établissement et les a informés que les personnels s’étant rendus à la manifestation seraient sanctionnés.

Début juin 2016, 19 salariés reçoivent la même lettre en recommandé qui précise que, suite au mouvement du 13 avril 2016, ils seront entendus pour un entretien relatif à une sanction pouvant aller jusqu’au licenciement.

A ce jour, 5 personnes ont reçu une réponse leur notifiant une observation. Un salarié a été mis à pied pour 3 jours.

Notre camarade François militant CGT, particulièrement engagé dans cette mobilisation et depuis de longues années dans cet établissement, a été licencié pour fautes graves (le fait reproché est une atteinte à l’image de l’association) après 27 ans d’ancienneté sans aucune sanction.

"Refusons le bâillon, signons la pétition !"

Nous sommes abasourdis et révoltés par ces sanctions qui bâillonnent la liberté d’expression et le droit de manifester en dehors de son temps de travail, en dehors de son établissement et sans dénigrer l’image de l’institution.

L’USD CGT 87 exige la levée immédiate de toutes les sanctions imposées aux salariés et la réintégration de François au sein de l’établissement.

L’USD CGT 87 appel les citoyens à signer et faire signer massivement la pétition de soutien en ligne  :

https://www.change.org/p/pr%C3%A9sident-du-conseil-d%C3%A9partemental-de-la-haute-vienne-solidarit%C3%A9-avec-les-citoyens-travailleurs-sociaux?recruiter=563445632&utm_source=petitions_show_components_action_panel_wrapper&utm_medium=copylink

Ou la pétition de soutien au format papier disponible en suivant ce lien, et à retourner signée à  :
USD CGT 87
24 Rue Charles Michels 
BP3907 87039 Limoges Cedex 1

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #solidarite, #travailleurs sociaux

Publié le 27 Juillet 2016

15 septembre prochaine échéance contre la loi travail

Le 15 septembre est la prochaine date à retenir dans notre agenda pour le mobilisation contre la loi travail.

A l'heure actuelle au niveau local on ne sait pas si cette mobilisation se déroulera au niveau départemental ou au niveau national.

Il faut attendre la décision au niveau du bureau de l'UD qui se tiendra fin août et de la décision prise en intersyndicale.

Je vous invite à consulter régulièrement notre blog afin de connaître les modalités d'action.

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #luttes locales, #loi travail