Publié le 18 Avril 2017

Les Tarkett en grève
Les Tarkett en grève
Les Tarkett en grève

Tous les camarades ardennais soutiennent nos camarades de Tarkett en grève depuis maintenant une semaine. 

Petit résumé des faits.

Lors de la réunion NAO du 7 avril la réunion s'est soldée par une proposition des plus généreuse de la part de la direction qui est de 0 € d'augmentation salariale.

Le mardi 11 avril proposition d'augmentation de 1.1% avec un minimum de 30€ brut.

Suite à cette information les salariés ont débrayés spontanément. Le décompte de la part de l'intersyndicale recense 80% de grévistes cadres et ouvriers confondus.

Le jeudi 13 avril alors que  l'intersyndicale CGT, CFDT, UNSA et CFE-CGC sont reçu à la Défense au siège de l'entreprise pour renégocier des conditions répondant au cahiers revendicatif des salariés.  Un piquet de grève était organisé auquel les camarades CGT se sont joint en signe de solidarité 

Mais malheureusement pour nos camarades la rencontre a tourné court quand en fin de matinée la direction a dit " refuser de négocier sous la contrainte" en référence au piquet de grève présent devant le site de Sedan.

Alors que la délégation était dans le train du retour en ce jeudi après midi elle a reçu un appel de la direction qui est à nouveau ouverte au dialogue.

La rencontre a eu lieu le vendredi 14 avril avec pour "avancée" une augmentation de 1.2% avec un minimum de 35€ brut par salariés. 

Ainsi qu'une prime exceptionnelle de 500€ brut au lieu des 1500€ net revendiqués par l'intersyndicale.

Après la " trêve de pâque", aujourd'hui même le mouvement est reconduit mais pas de piquet de grève cela restera dans le cadre interne à l'usine.

Et ce vendredi 21 ils seront à nouveau reçu par la direction avec pour seul objectif l'obtention des revendications qui sont entre autres : " 1500€ net de prime exceptionnelle , une augmentation générale de 3%..."

 

Tarkett en chiffre

  • Exercice 2016 14 millions d'Euros , pas de participation pour les salariés
  • 42% d'augmentation par rapport à l'exercice précédent 
  • Augmentation de 12% des dividendes aux actionnaires.

 

Le collectif jeunes CGT 08 partage  les revendications de nos camarades Sedannais et nous relayerons les luttes à venir en signe de solidarité avec leur mouvement. 

 

Cédric Mimille

Les Tarkett en grève

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #luttes locales

Repost 0

Publié le 18 Avril 2017

Chiffre du mois

Nouvelle rubrique rapide et concise le chiffre du mois :

 

2.700.000.000€

C'est ce qu'a perdu Uber en 2016. Ce qui ne fait pas peur aux spéculateurs puisque l'entreprise a dépassé les 70 milliards de capitalisation boursière.

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #chiffre du mois, #actualite, #economie

Repost 0

Publié le 18 Avril 2017

A Pau, usagers, CGT et élus PCF se mobilisent pour la Palombe bleue

Le train de nuit Paris-Hendaye est plus que jamais menacé. Vendredi, les défenseurs du service public avaient rendez-vous en gare de Pau.

 

Trois cents personnes se sont rassemblées à Pau, vendredi soir, et ont accueilli en musique, sur le quai 1, la Palombe bleue à son entrée en gare. 

Ce train de nuit qui relie Hendaye et Tarbes à Paris en passant par Pau est menacé de ne plus rouler après le 1er juillet, malgré son taux d'occupation qui atteint 86% à l'arrivée de l'été.

Depuis un an la CGT, les associations d'usagers, la Convergence nationale rail et le Front de gauche se mobilisent pour que survive ce train.

Vendredi soir, aux côtés du secrétaire général de la CGT cheminots, Laurent Brun, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et sénateur, et Olivier Dartigolles étaient aussi à la gare de Pau.

 

 

75% c'est le niveau d'autofinancement des trains de nuit, bien mieux que les TER (35%) et les Transiliens (38%)

 

 

Défendre le service public et le maillage territorial

 

"On était présent pour exprimer notre solidarité, mais aussi plus largement pour défendre le service public ferroviaire et le maillage territorial" explique le porte-parole du PCF et élu municipal palois.

"Une des préoccupations principales des Français sur le terrain, c'est leur volonté de maintenir un tissu dense de l'ensemble des services publics, des transports, de santé, des caisses d'allocations familiales, a expliqué Pierre Laurent lors de sa prise de parole à la gare. 

Les gens ne supportent plus l'abandon organisé des campagnes et de nos territoires."

La solution de remplacement promise-des cars de nuit- ne fait pas l'unanimité." Le train est efficace socialement et écologiquement, c'est la solution, a insisté Pierre Laurent.

En plus, chaque passager de car coûte trois fois plus en terme d'aides publiques que ceux des trains d'équilibre du territoire."

Les usagers étaient présents en nombre à la gare de Pau pour défendre cette solution économique et pratique pour aller à Paris.

Avec la Palombe bleue, ils arrivent à 7 heures. Un gain de temps et une économie d'une nuit d'hôtel non négligeables.

L'argument de la SNCF, qui avance que, en passant par Bordeaux et la ligne à grande vitesse, on gagne du temps, ne passe pas.

Non seulement cette solution se révèle bien plus coûteuse, mais, comme l'explique Frédéric Puntous, secrétaire de la CGT cheminots de Pau, à la République des Pyrénées, " il est aujourd'hui impossible d'arriver à Paris avant 10h10, pour un départ depuis Pau à 5h10. Les usagers professionnels, par exemple, sont obligés de prendre le train la veille et de payer une nuit d'hôtel en plus".

Pierric Marissal

 

 

Les derniers trains de nuit en sursis

Trois lignes de nuit ont été fermées en 2013 et 2014: Genève-Hendaye, Nice-Hendaye et Paris-Luchon.

Les trains Paris-Bourg-Saint-Maurice et Strasbourg-Nice ont suivi le 1er octobre 2016.

Le Paris-Portbou ne roule plus depuis le 10 décembre.

Prochain sur la liste, le Paris-Tarbes-Hendaye, qui passe par Pau, circulait quotidiennement en 2011 et ne roule déja plus que quelques jours en semaine. La fin de la Palombe bleue est prévue le 1er juillet 201, puisque l'Etat veut s'en désengager. 

Des négociations sont en cours avec la région Occitanie pour faire converger tous les trains de nuit en provenance du Sud-Ouest à Toulouse pour n'en constituer qu'un à destination de Paris.

Seules sont susceptibles de subsister, pour l'instant, les lignes de nuit Paris-Rodez, Paris-Toulouse, Paris-Latour-de-Carol et Paris-Briançon.

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #actualite, #trains de nuit

Repost 0

Publié le 21 Mars 2017

Industrie et services publics, des destins liés à la vie à la mort.

 

En plaçant la question de l'industrie et des services publics au centre de sa journée d'action nationale interprofessionnelle du 21 mars, la CGT espère faire irruption dans le débat public à l'heure où la campagne présidentielle semble bien loin de ces sujets.

Education, transport, santé... De nombreux services publics dépendent des implantations d'usines dans les territoires. Mais la vitalité industrielle dépend aussi de la qualité des services publics et des politiques de l'Etat. C'est pourquoi en ce 21 mars la CGT mobilise et sonne l'alerte.

 

Nos camarades ardennais avaient rendez-vous à partir de 9h30 sur le parvis de la gare de Charleville-Mézières pour  se rassembler.

Ensuite vers 10h tous ensemble nos avons remonté l'avenue De Gaulle jusqu'à l'entrée de la rocade pour réaliser des tractages aux automobilistes et ensuite rejoindre le siège de l'IUMM (patronat de la métallurgie) devant lequel les camarades CGT  effectuaient un lâché de ballons.

Suivi d' une prise de parole du secrétaire général de l'UD CGT Pascal Lattuada qui nous rappelait que la part de l'industrie dans le PIB de la France  est de 10% en 2016 contre 16% dans la zone euro. 

Ainsi que le secretaire général de l'USTM 08 ( la fédération de la métallurgie) Norbert

Ce dernier évidemment a parlé de la situation catastrophique de l'industrie ardennais notamment avec la dernière mauvaise nouvelle en provenance de l'usine Visteon de Charleville-Mézières mais aussi la remise en cause de bons nombres de conquis sociaux présents dans la convention collective de la métallurgie de 1975 qui veulent être mis aux oubliettes par l'UIMM.

D'ailleurs la dialogue entre l'UIMM et l'USTM est difficile puisque nos camarades après plusieurs injonctions à être reçus par le patronat de la métallurgie ce dernier feint de ne pas répondre.

La lutte continue et continuera et chacun à son niveau peut faire évoluer les choses surtout en cette période électorale où les droit sociaux et les conditions de travail doivent être débattus a contrario des affaires d'untel et untel qui ne sont que des écrans de fumées pour ne pas parler du fond des programmes des différents candidats.

 

Collectif jeunes CGT 08

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #luttes locales, #actualite, #loi travail

Repost 0

Publié le 9 Mars 2017

Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte
Le 7 mars une journée de lutte

Ce 7 mars aura été une journée importante pour la CGT des Ardennes.

Notre UD  pour son comité général accueillait Bernard Thibault, ce dernier a pu échanger avec les camarades sur son livre "la troisième guerre mondiale est sociale" , l'europe , l'O.I.T, le B.I.T...

Pendant ce temps la fédération de la santé a été accueilli à 11 heures à l'A.R.S (agence régionale de santé) pour dénoncer les conséquences des diverses réformes de la santé sur la prise en charge des patients et sur les conditions de travail des professionnels de santé.

Un rassemblement devant cet même A.R.S a eu lieu à 14 heures (heure d'origine de la rencontre à l'A.R.S qui a été changé quelques jours plus tôt) pour sensibiliser les passants de la destruction à petit feu de notre hôpital public.

Après que notre camarade Helene Guza ait lu un discours sur l'aggravation de la situation de notre système de santé avec notamment l'exemple le plus récent d une simple grippe saisonnière qui met à bout des services entiers avec la déclenchement du plan blanc , ou bien encore les 60 000 décès par an à l'hôpital en augmentation de 10 000 par rapport à l'année 2015 qui sont dus pour une partie à des insuffisances de soins par manque de moyens humains et matériels .

Les camarades présents devant l'A.R.S , tous ensemble ont défilés pour rejoindre la préfecture afin de retrouver les camarades présents au comité général se déroulant à proximité de la préfecture.

A noter aussi les camarades  CGT mines énergie 08 qui tenaient un piquet de grève qui sera reconduit le lendemain ; et après dispersion du rassemblement de la préfecture; quelques camarades ont été soutenir leur mouvement de grève 

En clair…

revendiquer l’augmentation des salaires
défendre les emplois, obtenir les embauches statutaires nécessaires
défendre les sites de travail
refuser la casse des activités sociales.

 

 

Cédric Mimille

 

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #luttes locales, #ud, #santé

Repost 0

Publié le 10 Février 2017

La CGT toujours première dans les TPE

La CGT recueille 25,1% aux élections des très petites entreprises, mais l'abstention atteint un record de 92%.

 

L'espoir caressé par le gouvernement  et le patronat de voir la CFDT supplanter la CGT aux élections des très petites entreprises a été déçu.

Bien qu'en baisse de 4,4 points à 25,1% par rapport à 2012 la centrale de Montreuil continue de devancer de près de 10 points sa poursuivante qui elle, recule de 3,8 points à 15,5%.

Derrière, FO, qui se classe toujours troisième avec 13% (-2.2 points), est talonnée par l'UNSA qui progresse de 5.2 points à 12.5%. 

Cetter dernière est, avec la CGC (3.4% et 19 000 suffrages), la seule à progresser en voix (+7 300 à 40 400).

C'est sans doute, la principale caractéristique du scrutin, la participation qui n'atteignait que 10% des 4.5 millions d'inscrits en 2012 est passée sous la barre des 8%, avec 330 938 votants seulement.

La responsabilité en incombe au gouvernement qui, comme l'a dénoncé le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a "multiplié les embûches" au bon déroulement du scrutin.

Initialement prévu du 28 novembre au 12 décembre 2016, celui-ci a été reporté au dernier moment du 30 décembre dernier au 13 janvier 2017.

Le gouvernement a aussi refusé d'allonger la période de vote comme le proposaient les organisations syndicales, à l'exception il est vrai de la CFDT.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le gouvernement a multiplié les embûches: dates reportées, refus d'un allongement de la durée du scrutin...

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Au final, les manoeuvres gouvernementales contribuent à affaiblir les représentants des salariés des TPE.

Déjà cantonnés à un rôle de conseil et d'information, ils ne pourront guère s'appuyer sur la participation électorale pour s'imposer face à un patronat hostile à toute présence syndicale.

 

Source: L'Humanité Dimanche

Mise en page: Cédric Mimille

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #élection tpe, #social, #actualite

Repost 0

Publié le 21 Janvier 2017

Les camarades ardennais en soutien pour les Ex "Goodyear"

Il était une dizaine à avoir fait le déplacement depuis les Ardennes pour aller soutenir nos 8 camarades le 11 janvier afin d'entendre le rendu de jugement du procès en appel en date du 19,20 octobre 2016.

Le résultat est malheureusement sans équivoque pour avoir défendu l'emploi, 7 des 8 ex-salariés Goodyear condamnés à 12 mois de prisons avec sursis, avec une mise à l’épreuve de cinq ans et l’inscription au casier judiciaire.

Totalement inacceptable, d'autant que la direction de l’entreprise avait retiré sa plainte.

Le gouvernement s'acharne à criminaliser l'action syndicale.

C'est une atteinte aux libertés syndicales.

L'avocat des Goodyear a annoncé qu'il allait se pourvoir en cassation.

Le combat doit continuer, les Camarades, on lâche rien.

 

Cédric Mimille, Phillipe Maire

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #luttes locales, #goodyear

Repost 0

Publié le 8 Janvier 2017

Solidarité avec les Goodyear le 11 janvier

Mercredi 11 janvier à partir de 9h devant le palais de justice d'Amiens.

 

A l'occassion du verdict du procès des Goodyear le 11 janvier 2017 devant le tribunal d'Amiens , une poignée de camarades de l'UD CGT des Ardennes et du collectif jeunes se rendront sur place pour demander la relaxe de nos camarades et écouter le verdict du procès contre l'action syndicale dans son ensemble.

Vous pouvez retrouver l'article écrit précédemment sur la journée de soutien au cours du procès du 19 octobre 2016 sur le lien suivant: 

Article sur le procès des Goodyear

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #luttes sociales, #actualite, #goodyear

Repost 0

Publié le 8 Janvier 2017

Résolution de l’ONU sur les colonies israéliennes : un camouflet pour Netanyahou !

Ceci est un article de libre expression qui ne concerne et n'engage la CGT ni directement ni indirectement.

Condamnant la poursuite de la colonisation des territoires occupés, la résolution 2 334,votée le 23 décembre par le Conseil de sécurité de l’ONU ne peut que réjouir les amiEs de la Palestine...

Certes, cette résolution n’est pas assortie de mesures contraignantes, mais elle illustre l’impasse dans laquelle se trouve Tel Aviv sur le plan diplomatique.

 

 

Des alliés de plus en plus regardants

Comme on pouvait s’y attendre, la réaction du gouvernement israélien à cette résolution historique défavorable (la dernière datait de 1979) est à la mesure de la posture méprisante et belliqueuse qu’il a adoptée depuis des décennies. Netanyahou – poursuivi par ailleurs pour avoir perçu des « cadeaux illégaux » – a déclaré qu’Israël allait « limiter les relations avec les pays qui ont voté la résolution de l’ONU. »

Cette fuite en avant résiste mal à une analyse, même rapide, des difficultés auxquelles se trouve confronté l’État sioniste aujourd’hui. Ancienne tête de pont de l’impérialisme au Proche-Orient, Israël est en perte de vitesse au niveau de ses capacités militaires, et se trouve confronté à de nouvelles puissances locales dans un monde multilatéral. Sur le plan social, la situation n’est guère plus brillante, on assiste à une augmentation de la pauvreté qui dissuade nombre de juifs de la diaspora anciens candidats à « l’alyah » à mettre leur projet à exécution. L’industrie militaire elle-même est en crise, et la politique frénétique de colonisation est en train de ruiner le pays. Dans de telles conditions, on voit mal comment Netanyahou et sa clique pourraient claquer la porte aux alliés traditionnels.

Quelles conséquences ?

À elle seule, cette résolution ne peut bien évidemment en rien régler l’avenir de la Palestine, en particulier du droit au retour pour les Palestiniens chassés de leur pays en 1947. Pour autant, ses conséquences diplomatiques pourront être exploitées par ses partisans. Contrairement à ce qu’affirme Trump, le président pas encore en fonction, l’adoption de la résolution est définitive et ni son équipe ni les représentants d’Israël à l’ONU n’y pourront rien changer.

 

 

Elle aura des conséquences au niveau européen, notamment pour instruire des dossiers devant le TPI, ce que redoutent les dirigeants sionistes. Elle accroît aussi la légitimité de la campagne BDS au niveau de l’opinion publique. À l’initiative de la France, une « conférence de la paix » réunissant 70  pays se tiendra à Paris ce 15 janvier, cela pour la première fois depuis 9 ans. Nul doute que cette conférence sera fortement influencée par la nouvelle résolution de l’ONU. Et logiquement Israël a d’ailleurs annoncé qu’il n’y participerait pas...

Donner un nouvel élan à la campagne BDS

Les militantEs antisionistes et anti-impérialistes ne nourrissent aucune illusion sur la mise en application des résolutions de l’ONU. Depuis sa création en 1947, Israël n’en a d’ailleurs respecté aucune.

Par cette résolution, Obama prétend vouloir« sauver Israël de lui-même »... Pour ma part, je ne compte que sur la mobilisation internationale pour sauver la Palestine. La campagne BDS France est le cadre le plus approprié pour faire progresser cette idée. Malgré la répression et les nombreux procès, sa légitimité grandit. Répondons présents lors de ses nouvelles mobilisations.

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #palestine, #internationale, #actualite

Repost 0

Publié le 8 Janvier 2017

Évasion fiscale : pénaliser, vraiment !

Ceci est un article de libre expression qui ne concerne et n'engage la CGT ni directement ni indirectement.

L’évasion fiscale fait de nouveau parler d’elle. À travers de nouvelles affaires comme les Football Leaks, mais aussi avec des procès iniques comme ceux des lanceurs d’alerte ou des faucheurs de chaises…

Le 13 décembre dernier, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a sorti un avis sur « Les mécanismes d’évitement fiscal ». Selon son rapporteur, Antoine Dulin, « la fiscalité reste encore un débat d’initiés. Or, ce devrait être un débat de société, compte tenu du risque pesant sur la cohésion sociale et le consentement à l’impôt ». Le consentement à l’impôt est difficile à mesurer avec précision, mais certaines statistiques montrent que 28 % des personnes interrogées considèrent que l’impôt est une extorsion de fonds, et seulement 54 % pensent que c’est un geste citoyen. « Il y a le sentiment chez le contribuable d’être le seul à payer et que la fraude est insuffisamment traquée », relève Antoine Dulin.

Les différentes affaires de fraudes touchant des politiques, des artistes, et désormais des footballeurs, développent un sentiment d’impunité fiscale pour les plus riches. Dans son avis, le CESE appelle la France à jouer un rôle important sur la question de l’évasion fiscale et souhaite même que celle-ci soit abordée non pas au niveau de l’OCDE, mais à l’échelle des Nations unies dans ce qui serait une « COP fiscale », afin d’impliquer les pays en voie de développement. Comme si les COP permettait d’arrêter le réchauffement climatique…

Une fraude peu pénalisée

Selon ceux qui nous gouvernent, la France serait devenue « intraitable » face aux fraudeurs, donnant toujours plus de moyens pour lutter efficacement contre la fraude fiscale. Mais dans la pratique, peu de fraudeurs aisés ou de grandes entreprises se retrouvent devant les tribunaux. Cette politique de dépénalisation de la criminalité financière s’est accélérée sous Sarkozy et a, dans les faits, continué sous Hollande...

La France s’illustre par l’indulgence des peines prononcées contre la poignée de fraudeurs poursuivis, contrairement à de nombreux pays européens où certains fraudeurs sont condamnés à de la prison ferme. Par ailleurs, comment lutter efficacement contre la fraude fiscale quand des milliers d’emplois sont supprimés tous les ans aux finances publiques, en particulier dans la mission du contrôle fiscal ?

Pour lutter efficacement contre l’évasion fiscale, il faudrait mettre réellement fin au secret bancaire et interdire de réaliser toute transaction avec un paradis fiscal. Le non-respect de cette interdiction devrait être assorti de sanctions très lourdes, jusqu’au retrait de la licence bancaire et au paiement de lourdes amendes. Mais au-delà, il y a nécessité de socialiser le secteur bancaire. Sans cela, la lutte contre la fraude fiscale n’est pour l’essentiel que du vent...

Faire le procès de l’évasion fiscale

En 2015, 40 actions de réquisitions de chaises ont été menées dans des banques pour dénoncer leur rôle dans le système de l’évasion fiscale. Ce lundi 9 janvier aura lieu à Dax (40) le premier procès d’un de ces « faucheurs de chaises », Jon Palais. Il risque 5 ans de prison pour « vol en réunion », suite à une plainte de la BNP, la banque française... qui a le plus de filiales dans des paradis fiscaux.

Alors que les évadés fiscaux et les organisateurs de ces évasions bénéficient d’une impunité quasi totale, grâce notamment au « verrou de Bercy » qui protège les délinquants financiers, le 9 janvier est une date importante pour soutenir les « faucheurs de chaises ».

Voir les commentaires

Rédigé par Collectif Jeunes CGT 08

Publié dans #paradis fiscaux, #actualite, #economie

Repost 0